Index du forum
M
e
n
u

Commoditization is not the cure. it is the disease .

Ces nouvelles terres inconnues.

Retourner vers Musique dématérialisée



Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #1 par PP_65 » 14 Sep 2018 à 14:14

Ne venez pas vous plaindre, on vous aura prévenus .
https://www.stereophile.com/content/kin ... 12Owoof.99
Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 18068
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #2 par locke » 16 Sep 2018 à 13:03

Toi, moi et les plus vieux d'entre nous ici, avons eu l'habitude d'acheter des vinyles, des CD, voir des K7 même pour les plus vieux d'entre nous. Nous avons pu nous constituer un collection, pour les plus chanceux d'entre nous, de plusieurs milliers d'albums. Mais franchement, à part les quelques cinglés que nous sommes, combien de familles "normales" possèdent ne serait-ce que quelques centaines de CD chez eux ? Très peu, vraiment très peu.

Imaginons qu'un jeune commence à souscrire à Spotify à l'age de 20 ans. Alors à l'age de 50 ans, si le prix de l'abonnement reste le même (environ 10€ / mois), il aura dépensé environ 3600€ dans l'écoute de la musique en streaming. Imaginons maintenant que la même personne garde cet argent pour acheter des disques plutôt qu'un abonnement mensuel chez Spotify. Il achète combien de CD ? A 10€ le disque, il pourrait en avoir au moins 360 (voir deux fois plus avec les prix actuels des CD neufs).

Maintenant posons nous la question: combien de personnes autour de nous possèdent une collection de plus de 300 / 400 disques à l'age de 50 ans ? La réponse est : très peu (sauf si tu vis dans un milieu de musiciens ou de passionnés). Et combien de personnes autour de nous se mettent à souscrire à des abonnement en streaming (Spotify ou autre) ? Difficile d'avoir les chiffres exacts, car les plateformes de streaming truquent vraisemblablement les chiffres, mais rien qu'en regardant autour de nous, on voit bien qu'il y a beaucoup plus d'abonnés que de personnes possédant de grosses collections de disques.

Les gens dépensent (dépensaient) mensuellement moins que ce que facture Spotify dans les disques, sinon ils auraient beaucoup plus de disques chez eux. Dès lors, les difficultés que posent la musique dématérialisée et le streaming ne viennent pas forcément du fait que les gens ne dépensent moins dans la musique aujourd'hui qu'hier, ou que le chiffre d'affaire total du secteur serait en baisse, car finalement ce rapide calcul montre qu'ils pourraient en réalité dépenser plus qu'avant dans la musique !

Le problème serait donc avant tout une question de régulation, de réglementation du secteur et notamment du partage des revenus dans la filière (comme dans l'agriculture finalement). L'argent est, comme toujours dans ce secteur, très mal réparti entre distributeur et artistes, aussi bien qu'entre "artistes populaires" et "artistes moins populaires".

Après, sur la question: c'était mieux avant parce qu'on achetait un disque tous les 6 mois qu'on écoutait patiemment sur sa platine, alors que maintenant on zappe comme des dingues et on n'apprécie plus rien. Oui peut être. Mais parallèlement, la culture musicale d'un jeune de 20 ans n'a aujourd'hui plus rien à voir avec celle qu'un jeune de 20 ans pouvait avoir au milieu des années 70, surtout s'il vivait dans une famille à revenu modeste (hier et aujourd'hui).

Enfin, je trouve quand même gonflé de la part d'Art Dudley, que j'apprécie beaucoup par ailleurs, qui écrit dans une revue qui nous pompe l'air avec la MQA (protocole lié au streaming/digitalisation de la musique) depuis des mois, voir des années, qui a lui même des abonnements aux plateforme de streaming, qu'il nous dise que le monde évolue dans le mauvais sens, avec une leçon de morale implicite dans son article. C'est comme les gens qui s'offusquent du travail mal payé dans les pays en développement, mais qui achètent des micro-ondes à 50€.

Personnellement, je crois au progrès... mais je crois aussi à la régulation. Sans régulation, c'est toujours le plus fort qui gagne. Or, plusieurs missions gouvernementales on été missionnées sur le sujet depuis des années, mais les conclusions étaient souvent pitoyables, car ils ne prenaient pas la responsabilité de dire les choses telles qu'elles sont et de mettre en place de nouvelles mesures pour accompagner ces changements majeurs dans les modes de consommation de la musique (et de la vidéo). Résultat, cette industrie est en crise aujourd'hui, notamment du côté des artistes (surtout ceux qui vivaient du disque), alors que globalement elle génère au moins autant d'argent. C'est ça la calamité !

Je ne suis pas un idéaliste mais si tu en es un, comme le laissent penser tes posts sur le sujet, alors engage toi ou fais quelque chose pour que ça change. Tu penses que ce n'est pas possible ? Tu as tord. Mais de grâce, cesse d'invectiver les membres de ce forum à longueur de temps en laissant sous entendre que nous sommes tous des voleurs et des idiots.
Dernière édition par locke le 16 Sep 2018 à 15:49, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
locke
50 watts
50 watts
Messages: 801
Inscription: 22 Oct 2010 à 10:02


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #3 par romain » 16 Sep 2018 à 13:18

rien à ajouter
de plus  on est ici par ce qu'on fait ce qu'on a envie quand et ou . . .
pas pour faire comme les autres . . .
de toute façon l'enfer c'est les autres !

bon dimanche

R.
anglophile . . .
et câblagnostique . . .
Avatar de l’utilisateur
romain
50 watts
50 watts
Messages: 522
Inscription: 05 Nov 2011 à 11:22
Localisation: clichy la garenne 92110


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #4 par ricouxxx » 16 Sep 2018 à 21:22

Excellente mise au point, je plussoie...

Eric
Avatar de l’utilisateur
ricouxxx
50 watts
50 watts
Messages: 798
Inscription: 03 Mai 2012 à 10:58
Localisation: Beaugency


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #5 par AJMARS » 16 Sep 2018 à 21:27

Les volontés des générations.... appartiennent à ceux qui en font partie.

On a bien sûr parfaitement le choix de faire ce que l'on veut.

Les options générationnelles ne sont pas les mêmes, et c'est ainsi.... De toute manière, on ne peut rien y faire.... il parait que sous Toutankhamon.... déjà...

Il y a même des vieux qui se prennent pour des jeunes et même aussi des jeunes qui se prennent pour des vieux.

A part le ridicule, ils ne risquent pas grand chose, et il parait que ça ne tue même pas....


:biggrin:  :biggrin:  :biggrin:

A plus

Ps : la culture, c'est comme la nourriture, c'est pas une question de quantités disponibles, on peut disposer à volonté de lasagnes aux résidus de vieille carne.... ça restera des résidus de vieille carne. Si on veut faire de la cuisine, faut accepter d'y passer du temps...
Jeune ou vieux, lecteur réseau ou vieille Thorens, même motif, même punition.
Il y a trois sortes d'hommes: les vivants, les morts, et ceux qui vont en mer.
Aristote

http://m-monitors.fr
Avatar de l’utilisateur
AJMARS
Animateur
Animateur
Messages: 21654
Inscription: 21 Oct 2010 à 19:26
Localisation: Marseille


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #6 par PP_65 » 17 Sep 2018 à 07:01

Ce n'est pas un petit calcul qui me fera changer d'avis : le streaming est du vol plus ou moins organisé qui ne doit son existence qu'aux téléchargements illégaux . Chacun voit midi à sa porte sur ce point, là où je tique, c'est en examinant les conséquences , celles dont a parlé David Byrne par exemple ( dois-je encore remettre le lien ? ) ; et sur le principe, même si on double la part reçue par les musiciens , ça ne changera rien sur le fond qui est celui du revenu lié à la proportionnalité du nombre d'écoutes : quand on achète un disque, la somme reçue par les auteurs ne varie pas en fonction du nombre de fois où on l'écoute . Le système le plus juste et qui soutient, en conséquence,  la créativité existe déjà pour ceux et celles qui ne veulent plus d'objets physiques : c'est Bandcamp .
Pour ce qui est de l'engagement , il me semble qu'avec tout ce que je laisse aux musiciens ( et aux labels qui les publient) , je dois faire quelque chose qui y ressemble .
Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 18068
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


Re: Commoditization is not the cure. it is the disease .

Message #7 par PP_65 » 17 Sep 2018 à 09:43

il y a quelques mois, l'univers du dématérialisé s'est félicité de la disponibilité du catalogue ECM , si je peux bien imaginer que le label tire quelques sous de son fond de catalogue , je ne crois pas une seconde qu'un éditeur équivalent puisse débuter sainement et exister pendant des décennies avec pour seule ressource le dématérialisé .
Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 18068
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


Retourner vers Musique dématérialisée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 2 invités